Bitcoin could triple its user base thanks to PayPal crypto integration

The integration of cryptos by PayPal seems a good sign for Bitcoin’s price, as it could triple its user base

The price of Bitcoin Bank exceeded the $13,000 level for the second time after PayPal’s announcement caused a powerful rise pushing the asset to a new high for 2020.

Currently at around $12,970, Bitcoin has gained almost 10% following the news, surpassing PayPal itself in terms of market capitalization to take 21st place in the ranking of the largest assets.

PayPal’s announcement about the crypto integration comes two weeks after Square, another payment giant, announced the investment of about 1% of its assets in Bitcoin.

According to Lanre Jonathan Ige, researcher at Amun AG, the continued trend of large investments will be crucial in attracting institutional interest in Bitcoin:

„Companies often follow the trend, and we can expect a number of other companies to follow Square and MicroStrategy’s example, while asset returns continue to astound.

However, recent news from PayPal is more likely to bring the masses to Bitcoin instead of promoting Bitcoin for institutions. PayPal could engage a more mainstream audience, spreading cryptocurrency first as an investment vehicle and in the future as a payment method, one of the main goals of the Bitcoin community in terms of mass adoption.
PayPal could expand the Bitcoin user base

According to Glassnode data, Bitcoin currently has over 187 million users, or „hodler“. However remarkable, crypto analyst Willy Woo pointed out that this number pales in comparison to the 487 million PayPal users.
Bitcoin HODLer totals

By integrating Bitcoin, PayPal is bringing the name to a mainstream audience. Although for the moment it will only be possible to buy, sell and store Bitcoin through PayPal, the company has announced that in 2021 it will add payments and transfers in cryptocurrency. This could consolidate Bitcoin’s reputation as a payment and remittance mechanism.

Making transactions through PayPal and other centralized platforms could even become one of the ways Bitcoin manages to reach a mainstream user base. Centralized transactions (along with other methods such as sidechain and lightning network) could be used to reduce congestion on the Bitcoin blockchain, allowing it to be used for larger transactions that require greater security, transparency or immutable proof of ownership.

Bitcoin is on track to overcome the banks

While payment processing companies and cryptocurrencies seem to be finding greater synergy with the passage of time, the same cannot be said for banks, and these difficulties are reflected in their quotes.

Jon Erlichman, tech correspondent at BNN Bloomberg, reported that this year assets such as Bitcoin, Ether and shares in payment companies such as PayPal and Square have performed well, but since the beginning of the COVID-19 pandemic financial stocks have not delivered the expected results.
Bitcoin and Ether performance since the beginning of the year to date.
Since the beginning of 2020, Bitcoin and Ether prices have increased by 80.5% and 217%. In the meantime, PayPal has grown by 99% and Square by 186%. Banks such as JPMorgan and Bank of America, on the other hand, have lost 28% and 32% respectively. Citigroup suffered a loss of 46% and Wells Fargo saw a drop of 58%.

As for Bitcoin, the first cryptocurrency continues to be one of the highest performing assets in existence, surpassing gold and the S&P 500 by a large margin in 2020.

As more and more people interact with Bitcoin as an investment vehicle, consumers may turn their backs on banks and invest in cryptocurrency.

According to experts, Bitcoin may even benefit from what some call the ‚Robinhood effect‘, a phenomenon in which retail investors with disposable income purchase an asset through playful investment platforms without fees to avoid the rigmarole often associated with banks.

If this were to happen at BTC, the digital asset could witness the same kind of hyperbolic buying frenzy observed months ago when Robinhood investors poured funds into Tesla.

Deribit exchange will require identity verification before the end of the year

Deribit, the leading exchange for Bitcoin (BTC) and Ether (ETH) options contracts, will require all of its users to verify their identity before the end of the year.

Le KYC arrives in Deribit

The information was shared by John Jansen , CEO of Deribit , to The Block media. Initially, this measure was to come into effect on February 10, 2021, but the platform is stepping up the pace, by imposing KYC on its users earlier than expected.

For Deribit, this decision is crucial , as regulators raise the tone on platform compliance. Indeed, American residents are theoretically not allowed to use the platform, but they can very easily access it with a VPN.

But although Deribit is based in Panama, the platform must exercise extreme caution. By imposing KYC measures, the company is ensuring that Americans cannot access its markets.

Thus, Deribit avoids attracting the wrath of regulatory bodies in the United States , which will save it from numerous complications, both financial and legal.

As of this writing, Deribit largely dominates the Bitcoin options contract market. Well ahead of CME, OKEx, Huobi and LedgerX, Deribit occupies on average 75% of daily volumes :

Verification measures intensify

This Deribit requirement therefore comes shortly after a similar decision taken by BitMEX , which had also set February 2021 to impose the KYC.

However, its recent difficulties with the US authorities have been a game-changer, forcing the platform to advance the deadline to November 5.

Little by little, KYC measures are imposed across the world , and almost all centralized platforms now have to follow the rules to survive.

A real irony of fate for Deribit, who had left the European Union to escape AMLD5 , a directive which since January 2020 requires exchanges to disclose the identity of their users and to report suspicious activity.

By settling in Panama, Deribit hoped that it would not have to impose a KYC on its customers, but the reality of things quickly caught up with the company .

Enjin Wallet – Wie Sie Uniswap verwenden

Die Enjin-Wallet ist eine mobile Brieftasche mit mehreren Währungen für Benutzer von Crypto Trader-Währungen. In diesem Artikel erklären wir Ihnen, wie Sie Uniswap über die Enjin Wallet nutzen können.

Die Enjin Smart Wallet wurde im Januar 2018 von Enjin Pte. Ltd. Ziel der Brieftasche ist es, ein hohes Maß an Sicherheit zusammen mit der Unterstützung einer breiten Palette digitaler Währungen zu bieten.

In unseren vorherigen Artikeln (Teil I, Teil II) haben wir erläutert, wie Sie eine Enjin Wallet erstellen und importieren können und welche verschiedenen Funktionen die Plattform unterstützt.

In diesem Artikel erläutern wir, wie Sie Uniswap mit der Enjin Wallet verwenden können.

Die Enjin Wallet unterstützt den dApp-Browser, der es den Benutzern ermöglicht, mit den verschiedenen dezentralen Anwendungen zu interagieren. Wenn Sie durch den dApp-Browser navigieren, können Sie leicht eine große Anzahl von Anwendungen sehen, die in fünf verschiedene Hauptabschnitte kategorisiert sind:

  • DeFi
  • Exchanges
  • Games & Collectibles
  • Marketplace
  • Others

Um sich nun mit Uniswap zu verbinden, navigieren Sie zu DeFi und suchen Sie nach Uniswap.

Searching for Uniswap in the Enjin wallet.

Die Brieftaschen-Landingpage wird geöffnet. Sie können sehen, dass Ihre Brieftasche unten auf der Seite verbunden ist.

Connected to Uniswap.

Uniswap unterstützt hauptsächlich zwei Hauptmerkmale:

  • Swap
  • Pool
Swap

Standardmäßig befinden Sie sich auf der Seite Tauschen. Wie der Name schon sagt, können Sie hier Token tauschen. Wählen Sie einfach das Eingangs- und das Ausgangs-Token und den Wert des Eingangs-Tokens aus. Mit der Schaltfläche Max können Sie Ihren gesamten Tokenwert tauschen. Die Plattform berechnet das Ausgabe-Token automatisch.

Swapping tokens on Uniswap in the Enjin wallet.

Wählen Sie die Schaltfläche Swap bestätigen, wenn Sie mit den Details der Transaktionsgebühr einverstanden sind. Ihre Wertmarken werden eingetauscht.

Pool

Ein Liquiditätspool ist ein von Liquiditätsanbietern geschaffener Token-Pool in Uniswap. Im Gegenzug erhalten Liquiditätsanbieter Belohnungen in Form von Handelsgebühren.

Wenn ein Nutzer mit einem Token handelt, wird der Token sofort aus dem Pool gesendet. Auf diese Weise müssen Sie nicht auf einen Käufer/Verkäufer warten, ohne sich große Sorgen über Preisschwankungen machen zu müssen.

Sie können ein neues Devisenpaar in einem neuen Liquiditätspool für Token anlegen. Uniswap erhebt keine Gebühren (außer der Ethereum-Gasgebühr) für die Erstellung eines neuen Paares.

EINEN PAAR SCHAFFEN

Sie können Ihr eigenes Paar erstellen, wenn es in der bestehenden Uniswap-Pool-Liste nicht vorhanden ist. Benutzer erhalten einen Pool-Token (ERC20-Token), wenn sie ein neues Pool-Paar erstellen und in einen Uniswap-Liquiditätspool einzahlen.

Klicken Sie auf die Schaltfläche Create a Pair

Creating a trading pair.

Sie werden aufgefordert, das Token-Paar auszuwählen.

Selecting the token trading pair for a Uniswap lending pool.

Genehmigung sowohl von MANA- als auch von MATIC-Transaktionen zur Bildung eines Liquiditätspools.

Wichtig: Wählen Sie das Verhältnis des Paares sorgfältig aus, um den Marktpreis auszugleichen.

LIQUIDITÄT HINZUFÜGEN

Klicken Sie auf die Schaltfläche Liquidität hinzufügen. Sie werden aufgefordert, das Wertmarkenpaar auszuwählen. Wir haben das ETH- und das BAT-Paar nach dem Zufallsprinzip ausgewählt. Die Benutzer müssen den gleichen Wert der beiden Wertmarken bezahlen, die sie zusammenlegen möchten.

Setzen Sie also einfach Ihren gewünschten Wert gegen eine Marke, und der Wert der anderen Marke wird automatisch angezeigt.

Hinweis: Die beiden Token des Uniswap-Liquiditätspools können entweder ETH und ERC20 oder beide ERC20-Token sein.

Adding liquidity to a lending pool.

Sobald Sie den Liquiditätspool durch Drücken der Schaltfläche Genehmigen genehmigt haben, steht er für die Lieferung zur Verfügung.

Wenn Sie auf Angebot klicken, wird auf der nächsten Seite Ihr Token-Anteil des Pools angezeigt und Sie werden aufgefordert, das Angebot zu bestätigen.

Uniswap zeigt Ihnen den Prozentsatz Ihres Anteils am Pool an. Die Benutzer erhalten Belohnungen in diesem Verhältnis.

Wichtig: Falls sich der Preis des Paares während der Operation ändert, zeigt Ihnen Uniswap ein Highlight mit dem neuen Kurs an.

Hinweis: Sie erhalten einen Pool-Token im Verhältnis zum Pool-Anteil. Sie erhalten auch eine Vergütung im Verhältnis zu Ihrem Anteil. Außerdem können Sie jederzeit Ihre Liquidität entfernen.

UNI token

Die UNI-Token ist die Uniswap-Marke für das Uniswap-Protokoll, das im September 2020 auf den Weg gebracht wurde. Jeder Benutzer, der das Uniswap-Protokoll vor dem 1. September verwendet hat, hat einen Abwurf von 400 UNI aus der Luft erhalten.

UNI-Inhaber können sich an der Verwaltung des Uniswap-Protokolls beteiligen, d.h. an allen Änderungen, Aktualisierungen und Verbesserungen.

Benutzer können auch UNI von Uniswap Liquidity Mining erhalten. Uniswap unterstützt derzeit vier Liquidity-Mining-Pools, an denen Sie teilnehmen können, und statt Gebühren in dem zugrunde liegenden Token-Paar zu erhalten, erhalten Sie die Gebühr in UNI-Token.

  • ETH-DAI
  • ETH-USDC
  • ETH-USDT
  • ETH-WBTC

Uniswap liquidity mining

Enjin wallet

Im Moment gibt es noch keinen richtigen Nutzen für den UNI-Token, aber mit der Veröffentlichung von Uniswap v3 können wir in naher Zukunft mit einem zusätzlichen Liquiditätsgewinnungspool und einem Token-Nutzen rechnen.

Schlussfolgerung

Die Enjin-Brieftasche bietet ihren Benutzern viele attraktive Funktionen. Sie unterstützt ERC 1155-Token, die in mehreren Spielen verwendet und direkt über die App auf dem Marktplatz verkauft werden können. Die Brieftasche hat sich nahtlos in Uniswap integriert, und die Benutzeroberfläche ist sehr benutzerfreundlich. Mit der Einführung der mobilen Brieftasche MetaMask wird sie jedoch einer enormen Konkurrenz ausgesetzt sein.

La bourse Luno lance un portefeuille de bitcoin qui rapporte des intérêts

Les utilisateurs de la bourse de devises cryptographiques Luno peuvent maintenant gagner un revenu passif sur les avoirs en bitcoin grâce au nouveau „portefeuille d’épargne“ de la firme.

Lancé lundi, le produit apporterait aux épargnants de bitcoin jusqu’à 4% d’intérêt par an, sans conditions fixes.
Luno – qui appartient à la société mère de CoinDesk, Digital Currency Group (DCG) – a déclaré que les utilisateurs peuvent retirer leur bitcoin du portefeuille d’épargne dans leur portefeuille normal à tout moment.

Les intérêts sont calculés le premier de chaque mois.

Le PDG et co-fondateur de la société, Marcus Swanepoel, a déclaré dans une annonce que le portefeuille a été lancé après que 95% des clients aient indiqué qu’ils aimeraient gagner des intérêts sur leurs avoirs.
Le taux d’intérêt offert est „beaucoup plus élevé“ que ceux actuellement proposés par les systèmes d’épargne traditionnels dans des régions comme l’Europe, a-t-il ajouté.

L’étude de l’entreprise a révélé que 54 % des personnes interrogées ne percevaient aucun intérêt sur leur épargne liquide à l’étranger.
Luno a été rachetée par DCG en septembre, la bourse continuant à fonctionner de manière indépendante en tant que partie du groupe de la société d’investissement en bloc.

Le produit d’épargne bitcoin arrive à un moment où les investisseurs se tournent de plus en plus vers des moyens de tirer des revenus de leurs avoirs en cryptocrédit autres que la simple détention dans l’espoir de gains.

Le domaine de la finance décentralisée, ou DeFi, a connu une forte croissance au cours des six derniers mois, car le concept de „yield farming“ a gagné en popularité en tant que moyen d’obtenir des récompenses en prêtant des liquidités.

Cependant, la DeFi, avec ses protocoles parfois non éprouvés et ses fondateurs anonymes, comporte également des risques.

Les régulateurs des grandes économies africaines font des pieds et des mains pour faire face à la hausse des échanges de devises cryptographiques

En août 2018, un rapport sur l’état de la réglementation des cryptocurrences en Afrique est revenu avec une conclusion évidente : la plupart des pays étaient indécis sur ce qu’il fallait faire.

En fait, 21 pays africains n’avaient alors pris aucune position publique sur la réglementation des monnaies de cryptologie, alors que seuls deux d’entre eux avaient des positions favorables sur une éventuelle réglementation.

Mais, dans ce qui représente un changement majeur, le Nigeria et l’Afrique du Sud – deux des plus grandes économies du continent – intensifient leurs projets de réglementation.

En avril, l’Afrique du Sud a fait ses premiers pas vers la création de lois sur les cryptocurrences en publiant une proposition cadre et, plus récemment, le Nigeria a présenté des plans pour réglementer les cryptocurrences par le biais de sa Securities and Exchange Commission.

Il s’agit d’un revirement marqué par rapport à il y a deux ans, lorsque les législateurs nigérians ont demandé à la banque centrale d'“enquêter“ sur les bitcoins.

Mais les progrès restent inégaux sur le continent. Le Kenya, qui a généralement été à l’avant-garde de l’adoption de solutions technologiques financières en Afrique, n’a pas établi de plans concrets de réglementation depuis que sa banque centrale a mis en garde les banques locales contre les transactions en cryptocrédit.

„Nous semblons être dans les limbes“, déclare Aly-Khan Satchu, un investisseur et analyste financier basé à Nairobi. „Les retombées de la prise de position si forte du gouverneur de la banque centrale contre la cryptoconférence restent la situation générale“.

Il y a de plus en plus de preuves de l’adoption de la cryptologie en raison de la pandémie mondiale. Luno rapporte une augmentation de 122 % des nouveaux clients en Afrique au cours des six premiers mois de 2020.

Pour leur part, les utilisateurs locaux et les entreprises de cryptologie à travers le continent n’attendent pas vraiment que la réglementation les rattrape. En fait, le commerce des cryptocurrences a depuis longtemps décollé et est en partie alimenté par des bourses locales qui continuent à fonctionner dans des zones grises réglementaires.

Pour situer le contexte, la valeur totale des transferts de bitcoin au détail (d’une valeur inférieure à 10 000 dollars par transaction) en Afrique a atteint 316 millions de dollars en juin, selon les recherches de Chainalysis, une société d’information sur les marchés des chaînes de magasins.

En avant toute

Le volume croissant des transactions dans les centraux locaux laisse également penser que le rythme ne devrait pas ralentir. Selon Luno, l’une des plus anciennes bourses du continent, le volume mensuel des échanges au Nigeria et en Afrique du Sud a atteint à lui seul 549 millions de dollars en août, soit une augmentation de 49 % depuis le début de l’année.

(Luno opère également en Ouganda et en Zambie.) Pendant ce temps, BuyCoins, une bourse basée à Lagos depuis trois ans, affirme avoir déjà traité 110 millions de dollars de transactions depuis le début de l’année, contre 28 millions de dollars pour toute l’année 2019.

„La demande que nous constatons aujourd’hui est le résultat des défis que les gens rencontrent à travers l’Afrique“, explique Marius Reitz, directeur général de Luno pour l’Afrique.

„Lorsque les gens trouveront qu’il est utile d’utiliser une monnaie cryptographique et qu’ils pourront mieux répondre à leurs besoins avec cette monnaie qu’avec une monnaie fiduciaire, ils choisiront naturellement une monnaie cryptographique, c’est ce que nous constatons“.

Il y a également des preuves d’une adoption croissante, notamment en raison de la pandémie mondiale de Covid-19, puisque Luno rapporte une augmentation de 122 % des nouveaux clients en Afrique entre le quatrième trimestre 2019 et le deuxième trimestre de cette année.

Parmi les nombreux défis opérationnels, les Africains qui tentent de faire des affaires au-delà des rivages du continent sont confrontés aux risques de fluctuation des taux de change et aux difficultés liées aux paiements transfrontaliers.

Et, parmi les autres défis économiques posés par la pandémie de Covid-19, les facteurs sous-jacents qui entravent les entreprises sont devenus plus importants, ce qui a conduit les populations locales à se tourner de plus en plus vers la cryptoconnaissance pour faciliter le commerce international.

Ces problèmes sont particulièrement criants dans l’économie chancelante du Nigeria où la monnaie locale, le naira, continue de s’effondrer par rapport au dollar, ce qui entraîne des pénuries de devises et des restrictions récurrentes sur les transactions de change par le gouvernement.

Ainsi, l’adoption locale est encouragée par „les gens qui essaient de faire entrer et sortir de l’argent du pays“, explique Timi Ajiboye, fondateur de BuyCoins. „Cela est exacerbé parce qu’il est beaucoup plus difficile de le faire maintenant“, dit-il à Quartz Africa.

Un autre exemple clé est celui du Zimbabwe, où les habitants ont l’habitude de se tourner vers le bitcoin comme moyen de stockage plus stable de la valeur, suite à la crise monétaire actuelle du pays. C’est une situation qui a fait que le Zimbabwe a les prix du bitcoin les plus élevés au monde, à un moment donné en 2017, en raison de la forte demande.

En plus de faciliter le commerce et les paiements transfrontaliers, des données anecdotiques suggèrent que les transferts de fonds sont également un cas d’utilisation pratique pour les cryptocurrences sur le continent.

C’est un scénario plausible, surtout si l’on considère le contexte historique dans lequel les coûts des envois de fonds en Afrique sont plus élevés que partout ailleurs. C’est une situation qui pousse probablement les immigrants africains à „opter pour la cryptoconnaie pour essayer de maximiser la valeur qu’ils peuvent obtenir“, explique M. Reitz.

Ensemble, ces facteurs expliquent pourquoi l’adoption des monnaies cryptographiques est en plein essor en Afrique, malgré les interrogations qui subsistent sur la réglementation et la légalité.

Cela explique aussi pourquoi les investisseurs mondiaux font des paris de plusieurs millions de dollars sur l’avenir de la cryptoconnaissance en Afrique et sur les jeunes pousses du continent.

Recherché : réglementation

Avec des niveaux de croissance et d’adoption significatifs qui se produisent déjà sans réglementation, n’importe qui pourrait penser que les startups africaines de la cryptoconnaissance pourraient préférer le statu quo.

En effet, la perspective d’être réglementées par les autorités financières locales qui ont une histoire bien établie de rhétorique antagoniste envers les cryptocurrences pourrait très bien se traduire par plus d’incertitude pour les acteurs du sous-secteur.

Mais en fait, les startups de la cryptoconnaissance se félicitent de la réglementation.

„Il est important que l’espace soit réglementé et correctement guidé par les autorités financières afin de garantir la confiance et la protection du consommateur“, déclare Stephany Zoo, responsable du marketing de Bitpesa, une bourse basée au Kenya.

„Quand vous faites cela, cela se répercute sur l’écosystème et encourage l’innovation autour de cette technologie spécifique qui a toujours été entourée d’une zone grise“.

Le thème de la réglementation comme élément de base pour renforcer la confiance des consommateurs est un thème récurrent parmi les fondateurs et les initiés des start-ups en cryptocrédit.

En définissant les conditions de fonctionnement des start-ups de cryptologie, la réglementation devrait permettre aux clients intéressés d’identifier plus facilement les bourses crédibles et autorisées.

Il sera également essentiel d’établir une distinction entre les opérateurs sans licence et les escroqueries. C’est un facteur clé étant donné que l’anonymat relatif du fonctionnement des cryptocurrences permet également aux acteurs de mauvaise foi de prospérer : les plateformes de cryptocurrences frauduleuses ont reçu un peu plus de 8 millions de dollars d’utilisateurs en Afrique rien qu’en juin, selon les recherches de Chainalysis.

Les opérateurs frauduleux côtoyant actuellement des entreprises crédibles de cryptocommunication sans réglementation, les startups et les bourses de premier plan ont la tâche vitale d’éduquer les consommateurs afin de garantir une plus grande adoption et de faire en sorte que les cryptocurrences soient plus synonymes de sécurité qu’elles ne le sont d’escroquerie.

Un autre avantage potentiel majeur de la réglementation pourrait prendre la forme d’une formalisation des relations entre les banques et les échanges de cryptocurrences, ce qui facilitera ensuite le processus de changement des monnaies fiduciaires en cryptocurrences et vice versa.

„Une fois que les gouvernements auront mieux réglementé, il y aura plus de chances d’ouvrir l’intégration avec l’infrastructure financière traditionnelle et il y aura également plus d’adoption en masse“, explique Zoo.

Mais comme c’est souvent le cas avec la réglementation, il existe des pièges potentiels comme le montre l’histoire récente de certains des principaux marchés technologiques africains.

Par exemple, les exigences en matière de capital pour les start-ups fintech au Nigeria sont considérées comme des barrières à l’entrée. Et à Lagos, la plus grande ville d’Afrique, les régulateurs ont finalement interdit au début de l’année les startups de motocyclettes après des tentatives controversées de réglementer leurs activités.

„Nous aimerions voir une approche progressive“, déclare M. Reitz. „Il peut être très facile pour les régulateurs de vouloir réglementer l’ensemble du secteur dès le début mais cela pourrait étouffer l’innovation“.

Alors que les perspectives de la réglementation sur le continent restent globalement floues, on pense de plus en plus que les positions du Nigeria et de l’Afrique du Sud pourraient déclencher des discussions similaires à tous les niveaux.

Et le Kenya pourrait encore en être un exemple, prédit M. Satchu. „Compte tenu des récentes annonces et évolutions, il sera de plus en plus difficile pour le Kenya de maintenir sa position de base“, dit-il à Quartz Africa.

Il s’avère que le jeu d’attente des autorités kenyanes pourrait se faire au prix d’une position de leader dans le secteur, étant donné l’ampleur de l’adoption locale : Le Kenya est le pays africain le mieux classé dans l’indice mondial d’adoption de la cryptographie pour 2020.

„Le défi dont les parties prenantes vont s’inquiéter est que l’avantage s’érode plus longtemps que le Kenya ne prend pas une position appropriée envers ce marché“, dit Satchu à Quartz Africa.

„C’est un terrain fertile pour développer un marché de pointe des devises cryptographiques sur le continent – la question est de savoir si c’est ce que veulent les régulateurs“.